Théâtre municipal

Le théâtre municipal et ses origines

Jadis, à l’emplacement du théâtre municipal, il y avait le cimetière de l’Hôtel-Dieu, déplacé en 1758 lorsqu’on commença à combler les fossés qui entouraient la cité. En 1838, Théodore Tarbé précise qu’il « était au couchant du terrain où est actuellement la salle de spectacle », mais cette salle n’est pas celle de notre actuel théâtre.
La salle mentionnée par Tarbé était située dans l’aile ouest de l’édifice construit à la fin du XVIIIe siècle avec les matériaux provenant de la démolition du château des archevêques à Noslon ( l’aile est abrite l’actuelle Brasserie du Théâtre ).
Comme le rappelle Étienne Dodet dans son étude sur « Les origines du théâtre municipal », il semble que ce soit en 1808 que fut donné le premier spectacle en ce lieu, acquis par la Ville en 1827. Parmi les spectateurs assidus des spectacles donnés dans cette salle, citons Stéphane Mallarmé qui tint la rubrique théâtrale du journal « le Sénonais » à la fin de 1861 et au début de 1862.

1882 : un nouveau théâtre

C’est en 1879 que l’on décida de construire un nouveau théâtre. La première pierre fut posée en 1881 et, le 16 juillet 1882, l’oeuvre de l’architecte Lefort fut inaugurée avec des artistes de l’Académie nationale de musique et de la Comédie française.
Un guide publié en 1897 le décrit ainsi : « Le théâtre est un élégant bâtiment moderne servant aux troupes de passage intermittent. La salle est coquette et bien disposée, et la scène fort spacieuse pour une salle de dimensions modestes ».
Jusque vers la fin des années 1960, le théâtre accueillit les tournées théâtrales, les concerts des sociétés locales, les distributions des prix du lycée, etc. Mais il ne respectait plus les nouvelles normes de sécurité et fut fermé en 1969.

1981 : naissance du TMS

Menacé de démolition, le théâtre fut inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1975, et, en 1979, des travaux de rénovation furent décidés par le maire André Chaussat et le conseil municipal. Le 20 novembre 1981, le rideau se leva à nouveau. La presse locale pouvait écrire : « Le théâtre municipal de Sens, sous le sigle de TMS, va entamer une nouvelle carrière après une profonde léthargie de douze années, au cours de laquelle il faillit céder la place tour à tour à la banque de France, puis à une gare routière ».

Bernard Brousse

Rétrospective sur les grandes heures du TMS

Rappelons quelques temps forts parmi les 327 spectacles des 35 saisons écoulées.

Parmi les pièces de théâtre :
Siegfried, Qui a peur de Virginia Woolf, Henri IV, Don Juan, Le roi se meurt, Tartuffe, La dame de Monsoreau, Madame sans gêne, La Folle de Chaillot, Les précieuses ridicules, Le retour de Casanova, La chatte sur un toit brûlant, L’aide mémoire, Les chaises, La Peste, Les émigrés, Une maison de poupée, Les mains sales, Du vent dans les branches de Sassafra, Bérénice, L’insurgé, Fin de partie, L’école des femmes, La nuit juste avant les forêts, On ne badine pas avec l’amour, la Mouette, Le mariage de Figaro, Lîle des esclaves, La Mandragore, Mort accidentelle d’un anarchiste,…

Parmi les artistes accueillis :
Jean Marais, Michèle Morgan, Jacques Mauclair, Jean Pierre Darras, Marie-Christine Barrault, Marthe Villalonga, Louis Velle, Michel Galabru, Roger Pierre, Jean-Marc Thibault, Odette Laure, Anny Duperret, Jean Piat, Denise Grey, Jacqueline Maillan, Jean-Claude Brialy, Paulette Dubost,…

Des musiciens :
Alexandre Lagoya, Cuarteto Cedron, Quatuor Ysaÿe, Kenny Garret, Michel Portal, etc.

Des artistes de variétés, chanteurs, humoristes :
Annie Cordy, Claude Nougaro, Anne Sylvestre, Cesaria Evora, Marc Ogeret, Mc Solaar, Anna Prucnal, Hanna Schygulla, Thiefaine, Thomas Fersen, Gustave Parking, Dany Boon, Sylvie Joly, Buffo, Elie et Dieudonné, Fellag,…

Saison théâtrale

Réservations et programmation

Une nouvelle saison s’ouvre, construite autour de lignes directrices invariables : accessibilité à tous les publics, pluralité des genres et des répertoires, grille tarifaire identique…
Mais cette constance des axes de programmation n’exclut pas les propositions inédites lorsqu’elles complètent l’offre et répondent aux principes d’un théâtre populaire qui divertit, émeut, interroge et rassemble toutes et tous, hors chapelles culturelles ou milieux sociaux.
Les « Scènes Buissonnières » que nous vous proposons cette année, s’inscrivent résolument dans cette volonté de partage par le plus grand nombre d’un patrimoine artistique et créatif commun.
Notre souci de proximité, s’il intègre naturellement toutes les générations, souhaite toucher davantage encore un public jeune et souffrant parfois d’un sentiment d’exclusion de « la chose culturelle » Il nous revient donc de les convaincre du contraire en ajustant notre saison au plus près de leurs goûts ou aspirations. La danse hip-hop tracera donc un sillon profond dans notre programmation, marquée par un temps fort au printemps 2018.
Et toujours la même diversité dans l’exigence, du théâtre au jazz, de la musique classique à la chanson française, du jeune public au cirque. Comédiens, musiciens, danseurs, têtes d’affiches ou artistes locaux, tous répètent déjà en coulisses la saison 2017/2018, aussi anxieux qu’impatients de vous retrouver.

Programmation

Programmation théâtrale saison 2017/2018

S’abonner

Mode d’emploi 2018

Plan théâtre

 

Pin It on Pinterest

Share This