Théâtre municipal

Le théâtre municipal et ses origines

Jadis, à l’emplacement du théâtre municipal, il y avait le cimetière de l’Hôtel-Dieu, déplacé en 1758 lorsqu’on commença à combler les fossés qui entouraient la cité. En 1838, Théodore Tarbé précise qu’il « était au couchant du terrain où est actuellement la salle de spectacle », mais cette salle n’est pas celle de notre actuel théâtre.
La salle mentionnée par Tarbé était située dans l’aile ouest de l’édifice construit à la fin du XVIIIe siècle avec les matériaux provenant de la démolition du château des archevêques à Noslon (l’aile est abrite l’actuelle Brasserie du Théâtre).
Comme le rappelle Étienne Dodet dans son étude sur « Les origines du théâtre municipal », il semble que ce soit en 1808 que fut donné le premier spectacle en ce lieu, acquis par la Ville en 1827. Parmi les spectateurs assidus des spectacles donnés dans cette salle, citons Stéphane Mallarmé qui tint la rubrique théâtrale du journal « le Sénonais » à la fin de 1861 et au début de 1862.

1882 : un nouveau théâtre

C’est en 1879 que l’on décida de construire un nouveau théâtre. La première pierre fut posée en 1881 et, le 16 juillet 1882, l’oeuvre de l’architecte Lefort fut inaugurée avec des artistes de l’Académie nationale de musique et de la Comédie française.
Un guide publié en 1897 le décrit ainsi : « Le théâtre est un élégant bâtiment moderne servant aux troupes de passage intermittent. La salle est coquette et bien disposée, et la scène fort spacieuse pour une salle de dimensions modestes ».
Jusque vers la fin des années 1960, le théâtre accueillit les tournées théâtrales, les concerts des sociétés locales, les distributions des prix du lycée, etc. Mais il ne respectait plus les nouvelles normes de sécurité et fut fermé en 1969.

1981 : naissance du TMS

Menacé de démolition, le théâtre fut inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1975, et, en 1979, des travaux de rénovation furent décidés par le maire André Chaussat et le conseil municipal. Le 20 novembre 1981, le rideau se leva à nouveau. La presse locale pouvait écrire : « Le théâtre municipal de Sens, sous le sigle de TMS, va entamer une nouvelle carrière après une profonde léthargie de douze années, au cours de laquelle il faillit céder la place tour à tour à la banque de France, puis à une gare routière ».

Bernard Brousse

 

Saison théâtrale

La saison 2018/2019 du Théâtre Municipal s’inscrira dans la continuité du travail opiniâtre et passionné accompli par Bernard Ethuin-Coffinet.
Loin d’un hommage de convenance, il s’agit ici de respecter une volonté jamais démentie, des convictions immuables, des ancrages patiemment construits : équilibre des répertoires, valorisation des talents locaux, ouverture au plus grand nombre.
L’équilibre des répertoires, c’est une alternance renouvelée entre musique, danse et théâtre, classique et contemporain, sensibilité et humour, exigence de qualité et accessibilité à tous. Cette saison, au numéro 21 du boulevard Garibaldi, Gustave Flaubert, Wolfgang Amadeus Mozart, Jean Racine ou Jean-Sébastien Bach dialogueront donc avec Sophie Forte, Astor Piazzolla, Jacques Mougenot ou Daniel Balavoine.
La reconnaissance des talents locaux, ce sont ces rendez-vous attendus avec Christelle Loury, la Compagnie Trafic de Styles en résidence, Obsidienne et Compagnie, l’Ensemble La Fenice, le Duo Angelus, la Compagnie A2R entre autres.
L’ouverture au plus grand nombre, ce sont des tarifs avantageux pour les jeunes et les seniors l’après-midi ou en début de soirées aux représentations scolaires (14h30) ou Scènes Buissonnières (19h). Puis à compter du 10 septembre 2018, deux nouveaux outils au service du public pour lesquels Bernard Ethuin-Coffinet s’était beaucoup engagé : un site internet spécifiquement dédié à notre programmation et un service de billetterie en ligne.
Restent ces temps forts à venir.
Certains prévisibles : le Festival de jazz, la résidence du prestigieux Orchestre Lamoureux à Sens (toujours initiée et désirée par BEC), Adieu Monsieur Haffmann et ses quatre Molières en 2018, Emmanuel Bercot dans Face à Face…
D’autres plus inattendus, rencontres spontanées entre artistes et spectateurs, un certain soir, un certain moment : grâce venue d’on ne sait où ni comment mais qui rend au spectacle vivant ses vertus uniques et précieuses.
Fragiles comme l’instant.
Tenaces comme la mémoire.
Bonne saison 2018-2019 à toutes et à tous.

Programmation

Programmation théâtrale saison 2018/2019

theatre-mode d’emploi

S’abonner

Plan theatre

Retrouvez toute la programmation du théâtre municipal sur notre nouveau site dédié au théâtre municipal de Sens !

 

Pin It on Pinterest

Share This